Hey tout le monde ! Vous allez bien ? Aujourd'hui, je vous retrouve avec un nouvel OS !

*************************************

 

Louane, dix-sept ans, cheveux bruns, yeux verts, est généralement en t-shirt, gilet, pantalon, baskets. C'est comme ça que tout le monde la décrit. Mais ce que peu de personnes savent c'est qu'elle est orpheline de naissance, et le fait qu'elle ne veut pas, qu'elle ne peut pas lui met un poids dans sa poitrine. Ce poids, elle l'a depuis toute petite et personne n'a jamais réussi à l'enlever car toute les personnes qui savent la regarde avec pitié. Son père a disparu avant sa naissance et sa mère est morte lors de l'accouchement. Quand elle était petite, elle demandait souvent : « Pourquoi, je n'ai pas de parents ? », « Pourquoi mes copines tiennent la main à un grand monsieur et une grande femme ? », « Pourquoi personne ne m'adopte ? », « Pourquoi personne ne me dit « tu es mon rayon de soleil », « Pourquoi personne ne m'aime ? ». Et les moniteurs de son orphelinat, lui répondaient sans ménagement : « C'est comme ça. ».

Elle est assise à son bureau dans la chambre qu'elle partage avec Héloïse, sa meilleure amie, elle regarde par la fenêtre, il neige.

« Je déteste la neige. » répète t-elle depuis qu'elle est toute petite.
En effet, elle était née un jour où il y avait de la neige. Ses deux parents étaient partis un jour enneigé. Il est tard, il fait nuit. Héloïse dort déjà. Elle venait de recevoir sa confirmation d'adoption, elle part le lendemain matin. Depuis cette nouvelle, Louane s'efforçait à être heureuse, pour son amie. Mais en réalité elle avait peur, peur de se retrouver à nouveau seule.

Héloïse était arrivée, elle venait d'avoir cinq ans. Avant, elle était seule, elle passait ses journées assise sur une balançoire, seule, regardant les autres enfants jouaient et contrairement à elle être heureux.

Cette réalité la frappa brusquement et elle commença à suffoquer dans cette pièce sombre. Ne supportant plus plus la pression qu'elle ressentait, elle s'habilla en vitesse, avec les premiers vêtements qui lui tomba sur la main et sorti dehors. Il avait arrêté de neigé, il faisait quand même froid mais elle s'en fichait. L'air pur de la montagne lui fit du bien. Assise par terre, elle repensa à tout ce qui s'était passé.

À la fin du bal d'hiver, Héloïse partirait à l'autre bout du pays, ensuite le bal est dans une semaine et elle n'a toujours pas de cavalier comme le veut la coutume, enfin quoi qui se passe à la fin elle se retrouvera seule.

Pour le bal, elle avait pensé à un garçon d'une autre classe. Il s'appelle Loïc, il fait une dizaine de centimètre de plus qu'elle, il a les cheveux noirs avec des yeux bleus turquoises, un contraste parfait. Mais elle ne savait pas même, s'il savait qu'il existait et il ignorait tout d'elle, il ne savait pas qu'elle était seule.

Il recommence à neiger et elle partit se réfugier dans une petite grotte. Elle avait toujours froid. Elle entendit des pas derrière elle, elle se releva d'un bond surprise. C'était lui. Visiblement, il cherchait un abri. Il arriva dans la grotte et les deux adolescents furent gênés de se retrouver ainsi en tête à tête avant de se parler. Louane étant rouge pivoine, était bien contente qu'il fasse sombre. Au bout d'une heure, elle commença à claquer des dents et à se frotte. Loïc lui mit sa veste autour de ses épaules et l'attira contre son torse chaud, elle devint plus rouge, enfin si cela était possible. Il lui demanda pourquoi elle n'était pas resté chez elle et toujours autant gênée, elle lui raconta. Tout. L'orphelinat, ses parents , sa solitude. Elle finit par lui dire que dans sa chambre, elle étouffait et qu'elle devait sortir. Lui raconter, lui fit un bien fou comme si on enlevait ce poids qu'elle ressent depuis toute petite. Ensuite, elle lui demanda ce qu'il faisait là. Il lui raconta qu'une fille était dans toute ses pensées et qu'il avait besoin de prendre l'air. Ce fût comme si on lui enfonçait un couteau dans le cœur.

Mais elle sourit. Pensant que la fille en question avait beaucoup de chance. Savourant encore le torse contre lequel, elle était appuyée. Au bout d'un moment, il se racla la gorge pour prendre la parole. La jeune fille, qui était en train de s'endormir, se réveilla en sursaut et se retourna pour le fixer dans les yeux. Le jeune homme aussi rouge qu'une tomate bien mûre la regarda et lui dit d'une voix mal assurée :

« Veux...veux-tualleraubalavecmoi ? dit-il rapidement

-Articule, je ne comprends pas. rit-elle

Il prit une inspiration avant de redire

-Veux-tu aller au bal avec moi ?

Gênée, elle répondit

-Heu...Oui » bégaya t-elle.

Après plusieurs long baisers, à contrecœur, il dût partir et elle dût retourner dans sa chambre. Elle prit son journal et écrivit

« Cher journal

On croit souvent être seule face à l'immensité de l'univers et que l'on sert à rien ni à personne. Mais c'est dans ses moments là, que l'on découvre que des personnes, pas forcément à celles que l'on pensait, tiennent à nous, car d'une certaine façon nous changeons tous le monde. Si je n'avais pas été cette nuit dans cette grotte, les choses auraient été différentes. Alors oui, nous sommes des petits êtres, mais chacun d'entre à notre manière créons notre univers »

Les premiers rayons du soleil éclairent son bureau.

Comme si ses parents approuvèrent cette décision.

************************************

Voilà j'espère que cela vous as plut !

byebye !